Les pires plats au monde

Si vous aimez la nourriture et que vous êtes à la recherche d’idées farfelues pour épater vos papilles, vous êtes au bon endroit. Enfin, peut-être pas tant que ça. Nous vous proposons de faire un tour du monde des plats les plus bizarres qui existent. Cela risque de vous couper l’appétit, ou de vous donner quelques tuyaux pour régaler vos futurs invités !

Bienvenue en Chine : L’œuf de cent ans

Arrêtons-nous un moment pour déguster ce plat typique de Chine qu’est l’œuf de cent ans. À partir d’un œuf cru plongé dans un mélange de riz, de chaux, de boue, de feuilles de thé, de cendre et de sel, on obtient la base de ce qu’il faut goûter au moins une fois dans sa vie. Mais avant de pouvoir le manger, il faut de la patience. Plusieurs semaines à plusieurs mois sont nécessaires à la macération de l’œuf. Une fois cette étape passée, le blanc est devenu noir et gélatineux. Quant au jaune, il s’est transformé en une texture visqueuse, de couleur verte, à l’aspect moisi. Il suffit ensuite d’ajouter à cela une délicate odeur de soufre persistante, et voilà une expérience gustative dont votre palet se souviendra !

Escale à Taïwan : La soupe de serpent

Bien que les serpents soient des animaux couramment consommés à Taïwan ou encore au Vietnam, la soupe dont il est question est vraiment horrifiante. Avant d’être dépecé, le serpent est tué devant vos yeux ! C’est la queue qui est cuite dans un bouillon afin d’être servis en soupe. Mais cela ne s’arrête pas là. Pas de gâchis. La bile, le venin et même le sperme de ce reptile, sont récupérés et sont disposés en accompagnement dans des verres à shot. Mesdames, ne vous en faites pas, cette pratique, extrêmement sexiste, est réservée aux hommes uniquement ! Messieurs, allez-vous essayer ?

Petite escapade en Islande : Le Hàkarl

Profitons d’un arrêt ressourçant en Islande pour partager un repas qui va vous vendre du rêve : le Hàkarl. L’aliment principal est une espèce de requin qui n’urine jamais (oui, ça existe vraiment…). En plus d’être remplie d’acide urique, la chair de ce requin contient une neurotoxine qui peut être dangereuse. Afin d’être certain que celle-ci ne soit pas toxique et soit consommable, il faut alors l’enterrer dans le sol de longs mois (entre six et douze mois). C’est fumé et coupé en petits cubes qu’on pourra enfin le déguster, mais avec des pince-nez, pour ne pas être importunés par l’odeur d’ammoniaque ambiante !

Repos bien mérité au Groenland : Le Kiviak

Âmes sensibles, s’abstenir ! Le plat dont il est question est l’un des moins ragoûtants de tous. Le Kiviak est en fait un repas traditionnel inuit d’hiver, dégusté lorsque la chasse est dangereuse et que les réserves de nourriture se font rares. Il est composé de petits oiseaux, appelés mergules nains, qui ont été fermentés de nombreux mois dans le corps vidé d’un phoque. Oui, vous avez bien lu ! Des centaines d’oiseaux sont mis dans la carcasse. Il faut ensuite enlever l’air, puis coudre sa peau. La dernière étape restante, étant de sceller le tout avec de la graisse. La fermentation peut alors débuter une fois une grosse pierre placée dessus, dans le but de maintenir la préparation. Pas sûr après avoir lu cela, que vous ayez envie de passer un hiver là-bas !

Plateau de fromage en Sardaigne : Le Casu Marzu

Vous êtes amateur ou amatrice de fromage de caractère ? Vous ne finissez jamais un repas sans fromage ? Peut-être qu’après avoir goûté celui-ci, vous en serez dégouté. Le Casu Marzu est un fromage sarde. Son nom signifie littéralement : fromage pourri. Il est effectivement fait de lait fermenté, ensemencé de larves vivantes. N’est-ce pas LE dessert idéal pour vos prochains dîners ?

Maintenant que vous connaissez les délices du monde, vous ne les mangeriez pas sans rien boire ! Pour accompagner ces mets exquis, je vous conseille de repartir en Chine pour vous délecter de quelques verres de vin de souris… ou pas.
Alors, cap ou pas cap ? Bon appétit !